Quelle trace de la chasse à la bête du Gévaudan ?

Geneviève Profit, Archives nationales

Le plan de chasse présenté ici fait partie d’un ensemble d’archives relatives à la chasse au loup au XVIIIe et XIXe siècle, conservées par les Archives nationales, parmi lesquels plusieurs documents présentent des mesures pour chasser la « bête du Gévaudan », comme on va très vite l’appeler.

Plan de chasse pour traquer la Bête du Gévaudan Cote : F/10/476 © Archives nationales, pôle images

Plan de chasse pour traquer la Bête du Gévaudan
Cote : F/10/476
© Archives nationales, pôle images

Mais ce plan est une pièce isolée, et les recherches entamées pour déterminer l’histoire de sa conservation n’ont pas permis de le rattacher à un dossier constitué originairement ou de savoir comment il est entré aux Archives nationales. Il n’est ni daté ni signé. Il représente la région du Haut Gévaudan, actuellement entre la Lozère et la Haute-Loire, autour de Paulhiac, Chazelles, Saugues. Il est adressé au Comte de Saint-Florentin, ministre de Louis XV, à qui un assentiment et un appui sont demandés. 

Ce plan a été établi entre 1764 et 1767, période au cours de laquelle, dans la région du Gévaudan, plus d’une centaine de femmes et d’enfants sont massacrés par un animal qui paraît mystérieux et particulièrement redoutable, nommé dans le document « animal anthropophage » ou « bête féroce ». L’auteur du plan estime qu’il ne s’agit pas d’un véritable loup, au vu des descriptions qui lui en ont été faites. Mais il faut le tuer de façon certaine, ainsi que les loups qui pourraient se trouver dans la région, à l’exclusion de tout autre animal.

Ce plan est un document graphique, un schéma, mais aussi un projet de battue décrit méticuleusement à travers les nombreuses annotations explicatives qui l’encadrent.

Le schéma représente un espace donné : il délimite, par un cercle, une aire de chasse sur la montagne de la Margeride où l’animal est censé se trouver et où la chasse devra se tenir. Le plan, établi à l’encre marron, est grand et circulaire (48 cm de diamètre). La forme circulaire si elle est une représentation schématique pratique, n’en est pas moins aussi héritière d’une tradition de représentation de la terre qui remonte à l’antiquité et qui a été diffusée à travers certains traités au XVIe siècle1 Elle appartient également à l’héritage chrétien. En l’absence de renseignements précis sur l’origine du document, il est difficile d’expliciter plus avant comment ces influences interviennent. Le plan est orienté. Au centre de la représentation, apparaissent lieux-dits, bois et cours d’eau.

Le plan est très détaillé, mais il n’est compréhensible que grâce aux explications jointes. Les annotations qui prennent d’abord la forme d’un règlement, par article, se poursuivent sans ordre. Selon les indications portées dans les marges du plan, les chasseurs, 4500 batteurs armés de baïonnettes ou fourches de fer et 150 tireurs, sont recrutés dans les 46 paroisses environnantes, par les consuls, selon les ordres de la Cour. Participant eux-mêmes à la chasse, les consuls établissent la liste des personnes concernées sur la base d’un homme par foyer. De plus, seront recrutés un ou deux hommes à cheval pour prévenir le « commandant de la chasse » au cas où l’animal serait débusqué. Les bergers pourront conduire leurs chiens pour fouiller les lieux où les hommes n’ont pas accès. Nul ne saurait se dérober sous peine de prison ou d’amende.

Le nom des paroisses est inscrit sur le plan, le long du cercle délimitant l’enceinte de chasse, à l’endroit où les hommes recrutés pour la battue doivent se placer. Les 150 tireurs doivent s’aligner diamétralement à une distance de 45 mètres les uns des autres, du nord au sud, quelques-uns devant se disperser sur le territoire. Les batteurs avanceront vers le centre du cercle, se resserrant petit à petit. Ratissant ainsi toute la surface, ils débusqueront l’animal qui sera ensuite rattrapé par les tireurs en ligne et par ceux distribués de façon éparse sur le territoire. Aucun animal ne pourra réchapper. La chasse qui doit commencer à 8 heures du matin se terminera à deux heures de l’après midi. Elle se tiendra de préférence au printemps, quand les récoltes ne sont pas encore montées.

Selon les dires de l’auteur du plan, qui semble se laisser emporter par l’élan de sa description et donner à son projet une ampleur de plus en plus grande, pour lui à la hauteur du fléau redouté, l’opération sera infaillible si, aux hommes des paroisses indiquées, on ajoute des hommes des paroisses dépendantes de Saint-Flour et de Lanjac. De plus, si un bataillon d’infanterie pouvait soutenir le cercle des batteurs, la chasse aurait de grandes chances d’aboutir. Enfin l’auteur du document propose, pour apeurer l’animal, d’accompagner la battue du son des tambours – mais c’est là une pratique habituelle des chasses.

Ce document est, en lui-même, une conséquence des frayeurs et de l’angoisse provoquées par les ravages d’un animal ou d’animaux sauvages et cruels, dans une région rurale où l’économie est alors misérable. Il présente un intérêt sociologique évident mais témoigne aussi de la naissance d’un mythe qui a nourri la presse de l’époque et alimente encore les esprits.

Image et écriture sont liées ici étroitement pour représenter l’espace et l’action de l’homme sur la nature. Et ce document a été jugé suffisamment important pour être restauré il y a une quinzaine d’année. Il semble alors avoir été découpé pour, après restauration, créer des pliures artificielles (peut être à l’emplacement d’ancienne pliures ayant détérioré le document) permettant de le ranger facilement dans sa boîte. Il a été doublé avec une toile collée à l’acétate de cellulose par un procédé de thermocollage. Cette restauration est aujourd’hui jugée difficile à enlever. Le document a été récemment (aout 2014) réexaminé, il a été décidé de le laisser en l’état… et de ne plus intervenir.

Voir la transcription des annotations du plan

  1. Par exemple Petrus Apianus, Cosmographicus liber, typis 3, 1524 (BNF ; Res. V. 914 f.6) []

Une réflexion au sujet de « Quelle trace de la chasse à la bête du Gévaudan ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *