Une découverte inédite dans les sceaux plaqués des Archives nationales du Haut Moyen Âge (projet SPAHM) : l’inclusion de cheveux et de poils.

Marie-Adélaïde Nielen, Archives nationales

Cette recherche est née d’un hasard, mais il est parfois des hasards heureux : celui de la découverte, dans un sceau de cire mérovingien,  à l’occasion de sa restauration pour une exposition, de « fibres » intimement mêlées au matériau.

Sceau de Louis le Pieux : profil de l'empereur, 822 (K 9, n° 8/1)

Sceau de Louis le Pieux : profil de l’empereur, 822 (K 9, n° 8/1)

L’étude, entreprise aux Archives nationales dans le cadre du Labex Patrima, est faite à partir d’un corpus d’une cinquantaine de documents scellés, conservés aux Archives nationales (Paris), datant des périodes mérovingienne et carolingienne. Tous sont issus de la chancellerie royale ou impériale. Ce sont les sceaux qui sont plus précisément étudiés, à travers leurs matériaux constitutifs (cire et additifs, couleur, présence de vernis), leurs images et leurs modes d’apposition (sceaux plaqués, plaqués-rivés, forme du rivet), mais aussi les autres modes de validation du document, comme la ruche, le monogramme ou la mise en forme.

Grâce à cette fourchette chronologique (v. 679- v. 980), grâce également à cet élément technique (le sceau plaqué) on est en présence d’un corpus cohérent, et relativement limité.

Diplôme de Charles le Chauve avec sceau plaqué et monogramme, 843 (K 10, n° 7/1)

Diplôme de Charles le Chauve avec sceau plaqué et monogramme, 843 (K 10, n° 7/1)

On parle en effet de sceau plaqué, ou de sceau rivé, technique consistant à apposer directement le gâteau de cire sur le document en le rivetant au recto grâce à un bouchon de même matière (si l’empreinte est appendue, au moyen d’une cordelette textile ou d’une pièce de parchemin, on parle de sceau pendant).

Dans le cadre du Labex Patrima, Agnès Prévost et moi-même, pour les Archives nationales, menons ce projet avec Philippe Charlier, médecin légiste, ainsi qu’une équipe du C2RMF (Centre de restauration des Musées de France) représentée par Anne-Solenn Le Hô.

Point phare du projet, une recherche systématique vise à mettre en évidence la présence ou non, au sein de ces sceaux, de fibres volontairement mêlées à la cire, fibres qui semblent bien être des cheveux humains, parfois en quantité anecdotique, parfois sous forme de véritables mèches! 

- Mèche de cheveux dans le sceau de Carloman, frère de Charlemagne, 769 (K 5, n° 11/1) - Cheveux inclus dans un sceau de Childebert III, 694 (K 3, n° 12/1) -Fibres végétales (chanvre ?) dans un sceau de Louis le Pieux, 822 (K 9, n° 8/1)

– Mèche de cheveux dans le sceau de Carloman, frère de Charlemagne, 769 (K 5, n° 11/1)
– Cheveux inclus dans un sceau de Childebert III, 694 (K 3, n° 12/1)
-Fibres végétales (chanvre ?) dans un sceau de Louis le Pieux, 822 (K 9, n° 8/1)

Les analyses médico-légales, menées par le docteur Philippe Charlier, ont permis dans plusieurs cas de prouver cette origine humaine : s’agit-il d’un geste symbolique fort, visant à « simuler » la présence royale dans le sceau ?

Des analyses ADN devront être menées, dans la mesure du possible, sur les poils d’origine humaine extraits des sceaux, afin de pouvoir établir éventuellement une filiation entre les différents sigillants. Par ailleurs, dans certaines cires, ce sont des poils animaux ou des fibres végétales qui ont été trouvés.

Enfin, il sera nécessaire de comparer cette pratique avec les corpus similaires conservés dans des dépôts d’archives en Europe, et plus particulièrement en Allemagne, et en Italie.

Les premiers résultats obtenus, qui ont permis de mettre en évidence la présence de cheveux humains dans près d’une dizaine de sceaux (Childebert III, Chilpéric II, Pépin le Bref, Charlemagne, Carloman, Pépin d’Aquitaine et Louis le Pieux), permettent d’en savoir plus sur les modes de validation et d’authentification des documents royaux au haut Moyen Âge, tant sur le plan matériel que sur le plan symbolique. À l’heure actuelle, la quasi totalité des sceaux ont été examinés, et ce sont plus de vingt prélèvements qui attendent d’être analysés selon les techniques de la médecine légale et avec les mêmes moyens (microscopie optique, microscope électronique à balayage, synchrotron…). Un certain nombre d’échantillons de cire ont également été confiés au C2RMF afin de mieux connaître les éléments constitutifs de la cire utilisée au haut Moyen Âge.

Parallèlement, ces documents (ainsi que 250 autres diplômes royaux et impériaux antérieurs à 987 conservés aux Archives nationales mais ayant perdu leur sceau) bénéficient d’une prise en charge de leur conservation matérielle, comprenant la restauration des sceaux et des parchemins, la réalisation de conditionnements adaptés, l’achat de meubles à plans spécifiques (grâce au mécénat d’HSBC) et la numérisation en vue d’une mise en ligne, chantier qui permet d’associer à ce projet un certain nombre de services présents aux Archives nationales.

Vidéo de la conférence des « Trésors du patrimoine écrit » sur le thème « Une curiosité des diplômes mérovingiens et carolingiens : présence de cheveux et de poils dans leurs sceaux ». 14 janvier 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *