Des affiches de la Première Guerre mondiale collectées à leur sortie de presse: un exemple de collecte « à chaud »

Sylvie Le Goëdec, Archives nationales.

Un fonds d’environ 700 affiches de la Grande Guerre se trouve conservé au sein des collections de la bibliothèque des Archives nationales (cotes AD/XX/c/85 à 88). Multiple par nature, l’affiche ne constitue pas un unicum et nombre de particuliers ou d’institutions – archives départementales ou musées- conservent des exemplaires présents dans cette collection d’imprimés.

Ensemble d'affiches AD XXc-retaillé

Florilège d’affiches du début de la Première Guerre mondiale AD/XXc

Originale, elle l’est cependant par un mode d’entrée, échappant par un homme et au versement par une administration, et à l’achat ou au don émané d’un particulier. Cet homme, c’est Charles-Victor Langlois, directeur des Archives au sein du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts entre 1913 et 1929 qui entreprend une collecte « à chaud », c’est-à-dire contemporaine de l’événement.

Circulaire AN 1914.-retaillée

Archives nationales, AB/Va/13 dossier 2

Collecte qui suit la voie administrative cependant puisqu’elle s’incarne dans l’envoi de deux circulaires signées de ce directeur : l’une adressée dès décembre 1914, aux imprimeurs officiels, éditeurs et diffuseurs parisiens (ministères de la Guerre et des Finances, Imprimerie nationale, Imprimerie de la Presse, direction des Journaux officiels, Paul Dupont (imprimerie et librairie des Chemins de fer), l’autre envoyée le 18 janvier de l’année suivante aux préfets, pour diffusion auprès des archivistes départementaux.

Circulaire AD 1915-retaillée

Archives nationales, AB/XXXI/43

Les deux textes invoquent la nécessité de faire « œuvre d’utilité nationale » en recueillant dès leur sortie de presse les affiches destinées à être placardées sur les murs, et ce jusqu’à la fin des hostilités, pour en constituer une collection spéciale tant aux Archives nationales que dans la série R des archives départementales (papiers d’origine militaire).

Paradoxe donc du sauvetage préventif d’un imprimé par nature doublement voué à disparaître : l’information donnée par voie d’affichage est éphémère et le support mural rend difficile une dépose. Paradoxe aussi du souci de préservation de documents difficiles à conserver et communiquer (grands et très grands formats). Paradoxe enfin d’un archiviste qui détourne sa fonction de conservateur des reliques incertaines du passé au profit d’une collecte volontariste où il crée lui-même son objet, renversement probablement rendu possible par le vécu du déclenchement de la Première Guerre mondiale comme un événement historique majeur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *