La « bibliothèque du Conseil aulique », de Vienne aux Archives nationales (1)

Cécile Robin, Archives nationales

1. Une classification a posteriori : harmoniser saisies et cadre de classement

Depuis la fin du Premier Empire, la bibliothèque des Archives nationales conserve un fonds de plusieurs milliers d’ouvrages sous l’intitulé « Bibliothèque aulique » ou « Bibliothèque du Conseil aulique ». Sa constitution en fonds repose sur une triple unité : l’institution de provenance des ouvrages (le Conseil aulique de Vienne), les modalités et la temporalité de l’acquisition (saisies napoléoniennes,1809-1810) et le domaine de savoir (des ouvrages de littérature juridique). Pourtant, ce fonds ne représente naturellement qu’une petite partie de ce que ce Conseil a pu posséder ; par ailleurs, les ouvrages ont été prélevés en même temps que les archives du Conseil et selon des critères thématiques. La constitution du fonds résulte donc de tris et de classements successifs. La collection est aujourd’hui totalement dispersée sur les tablettes de la bibliothèque des Archives. Un récent déménagement a été l’occasion d’inventorier un ultime reliquat et de retracer l’histoire de cette collection, histoire aussi longue que celle de la bibliothèque des Archives, mémoire d’un événement mais aussi témoin de l’évolution des critères de traitement, de classement et de catalogage1

Le traitement d’un reliquat pose la question de l’éventuelle actualisation des principes d’intégration : pourquoi et comment valoriser l’entité « bibliothèque aulique » au sein des collections de la bibliothèque des Archives nationales ? Est-on légitime à constituer une unité a posteriori, alors même que nos prédécesseurs se sont évertués depuis deux siècles à éclater la collection en une multitude d’éléments individualisés, à en dissimuler la commune provenance par une parfaite incorporation au catalogue général ? Enfin, compte tenu du caractère essentiellement mosaïque de la bibliothèque des Archives – comme des autres collections publiques issues des nationalisations et confiscations révolutionnaires et impériales –, la reconstitution de la bibliothèque aulique appellerait celle des autres fonds constitutifs de la bibliothèque des Archives. Sans capituler face à l’ampleur de tels travaux, on se contentera pour l’heure de brosser à grands traits l’histoire d’une collection largement méconnue.

Un prélèvement stratégique (1809-1813)

Le Conseil aulique (Reichshofrat) de Vienne est un organe clef de l’organisation du pouvoir judiciaire du Saint-Empire romain germanique. Établi pour régler les différends de la Maison d’Autriche, il partage avec la Chambre impériale de Wetzlar le pouvoir de juger en appel les procès au civil des sujets et les conflits entre états de l’Empire2 En 1797, le Conseil se trouve au cœur des tensions entre la France et la Prusse : Frédéric-Guillaume se plaint que le Conseil ait pris des dispositions contraires aux intérêts de la Prusse et les considère comme des « empiètements sur [ses] droits de souveraineté »3 et les princes électeurs d’Allemagne y voient une tentative d’assujettissement au Conseil. Les tensions s’aggravent à partir de 1801, d’abord par le traité de Lunéville – qui signifie, pour le Saint-Empire, une perte de 10% de son territoire sur la rive gauche du Rhin – puis par la constitution de la Bavière en royaume et son intégration dans la Confédération du Rhin (1805). La dissolution du Saint-Empire par Napoléon l’année suivante impose de réorganiser le système des électorats (princes électeurs du Saint-Empire) et de redéfinir les limites de la souveraineté domaniale. L’Autriche ressuscite pour l’occasion la Konservationskommission et dépose des plaintes devant le Conseil aulique. Autant dire que les archives et la documentation du Conseil sont d’une importance capitale pour asseoir la domination française sur les nouveaux territoires et régler les différends juridiques avec les puissances voisines.

Napoléon dispose sur place d’un agent dévoué et efficace : Théobald Bacher4 Interprète et secrétaire d’ambassade, il organise dès 1793 un service de renseignements pour le compte de la République française à Bâle. Promu chargé d’affaires français à Ratisbonne de 1797 à 1806, il est également chargé de la censure à Vienne pendant l’occupation de 1805. Bacher est donc l’homme-ressource de Napoléon pour tout ce qui concerne l’information et le monde de l’édition – notamment les « gazettes allemandes ». En 1807, il est personnellement chargé du triage des titres et documents concernant la rive gauche du Rhin et déposés aux archives de Mergentheim, dont il demande en 1810 la remise au gouvernement français5. La même année, les papiers pris dans les archives de Vienne sont envoyés aux Archives de l’Empire à Paris6

Ouvrage du "Reliquat de la bibliothèque aulique"

Ouvrage du « Reliquat de la bibliothèque aulique »

Ajuster le cadre de classement de la bibliothèque des Archives (1813-1853)

La première phase d’intégration des ouvrages de la bibliothèque aulique se déroule dans les années 1850, sous la direction d’Alexandre Teulet7, alors conservateur de la Bibliothèque des Archives de l’Empire. Faute de collaborateurs, il est aidé par des collègues de la Section législative et judiciaire, Jean-Amboise Prost et Paul Varin, qui inventorient, au cours de la même période, les collections du Bulletin des lois, notamment celle de la Secrétairerie d’Etat fraîchement transférée aux Archives8. À cette date, la bibliothèque des Archives est située dans le logement du Garde général (dite « maison de Daunou »), où elle occupe plusieurs salles9 ; administrativement parlant, elle rattachée à la Section historique. La mise à contribution de la Section législative et judiciaire pour inventorier la bibliothèque aulique s’explique facilement par la nature des ouvrages, qui sont, dans leur majorité, des publications relatives à des questions juridiques, même s’ils ne s’y résument pas.

Catalogue méthodique de la bibliothèque des Archives nationales (O II – "Droit public de l'Allemagne, de la Belgique, de la Hollande, etc.")

Catalogue méthodique de la bibliothèque des Archives nationales (O II – « Droit public de l’Allemagne, de la Belgique, de la Hollande, etc. »)

Livres issus de la bibliothèque aulique et intégrés dans les collections de la bibliothèque des Archives (cote O II 27, Breteuil entresol)

Livres issus de la bibliothèque aulique et intégrés dans les collections de la bibliothèque des Archives (cote O II 27, Breteuil entresol)

En 1853-1854, ces messieurs inaugurent donc l’intégration des « livres allemands enliassés » depuis un demi-siècle au moins et « à classer » : recensement et préparation de l’inventaire, formation de « paquets » thématiques selon le cadre de classement établi par Daunou et Teulet pour la bibliothèque des Archives. Dans l’ « Ordre de division des matières », la 4e classe (Jurisprudence) contient une subdivision (o II) intitulée « Droit public de l’Allemagne, de la Belgique, Hollande, etc. », dans laquelle la bibliothèque aulique est largement représentée. Cette subdivision s’ouvre d’ailleurs sur un ouvrage issu de la bibliothèque aulique (Aechtes vollständiges Protokoll des Kufürstlichen hohen Wahlkonvents zu Frankfurt im Jahre 1790 / Protocole authentique et complet de la convention tenue à Francfort en 1790 pour l’élection de l’empereur, Francfort/Leipzig, 1791, 2 vol., cote O II 1). L’existence de cette collection et la volonté de l’intégrer dans la bibliothèque des Archives a nécessairement influé sur la structuration et la dénomination des classes et les subdivisions du cadre de classement. Après consignation des données bibliographiques dans le Registre des entrées et dans le catalogue sur fiches, Teulet cote les ouvrages et les intègre sur les tablettes ((AC/2, d. 10.))

Le fonds dépassant largement le millier de titres, l’opération ne peut être menée à son terme. Une grande partie des ouvrages est conservée en paquets ficelés portant une étiquette de pré-cotation, autrement dit une simple lettre du cadre de classement, marquée au pochoir. Dans un rapport du 15 octobre 1856, le chef de la Section historique, A. de Beauchesne, rappelle l’attention du Directeur général sur la « multitude de livres et de brochures allemands et hollandais qui sont empilés dans [son] cabinet », et demande à ce que quelqu’un de compétent puisse les examiner10. En-dehors de ce reliquat non catalogué, les livres de la bibliothèque aulique sont donc d’emblée confondus aux autres et rien ne permet plus d’en identifier la provenance, à l’exception de quelques lignes de traduction portées sur les pages de titre et du papier d’Augsburg généralement utilisé pour couvrir les brochures.

Lire la suite (2. Exhumer et décrire le reliquat )

  1. Je remercie Emmanuel Rousseau et Yann Potin pour leur aide dans les recherches préparatoires à cet article. []
  2. Christine Lebeau, « Quel gouvernement pour quel empire ? Du Saint-Empire à l’empire d’Autriche »,  Monde(s), 2012/2, n° 2, p. 151-156. []
  3. Proclamation du Roi de Prusse, Berlin, 14 juillet 1797 (Décade philosophique, an V, dernier trimestre, p. 189). []
  4. Friedrich Otto, « Theobald Bacher, ein elsässischer Diplomat im Dienste Frankreichs (1748-1813) », Strassburger Beriträge zur neueren Geschichte, III. Band, 1. Heft, 1910. []
  5. Cf. AB/Ve/8, d. « Ordre teutonique ». []
  6. Yann Potin, « Einige Überlegungen zur napoleonischen Konfiszierung von Kulturgütern in Europa », Bénédicte Savoy (dir.), Napoleon und Europa. Traum und Trauma, Munich, Prestel, 2010, p. 91-99.), opération réalisée par les soins de la « Commission de l’enlèvement des archives » à Vienne, sans doute également chargée du transfert des livres. Aux Archives de l’Empire, une « Commission allemande » – appelée « Division allemande » à partir de 1813 – est établie pour « mettre de l’ordre » dans les papiers de langue allemande. Cette commission est dirigée par Saint-Aubin et compte trois autres membres (Polzer, Bourguet et Guiter). Les travaux sont répartis par domaines de spécialité et c’est David Louis Bourguet qui est chargé de la traduction en français du titre des ouvrages que Daunou lui a remis ainsi que de la numérotation des liasses. ((Cf. ses « notices » mensuelles sur le travail dont il a été chargé (AB/Ve/8, d. « Bourguet »). []
  7. M. de Beauchesne, « Notice nécrologique d’Alexandre Teulet », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 27, 1866, pages 527-528. []
  8. Rapport d’Alphonse Grün, chef de la Section législative et judiciaire (AC/3, d. 14). []
  9. AC/2, d. 5 et 8. []
  10. AC/2, d. 7. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *