Les authentiques de Chelles : enjeux de conservation et de restauration

Sara Ortego-Boldo, Archives nationales

Les Archives nationales conservent la plus importante collection d’authentiques et de reliques en Occident, plus nombreuse encore que la collection du Sancta Sanctorum au Latran, à Rome, qui en conserve 120. Les authentiques sont de petites languettes de parchemin attachées aux reliques, qu’elles permettent d’identifier et d’authentifier. Rédigées en latin, ces  « étiquettes » indiquent l’identité du saint ou de la sainte concerné et le contenu de la relique : un petit morceau de bois, des cheveux ou du tissu, par exemple. La dimension des authentiques varie de 2 cm à 16 cm. Les Archives nationales en conservent 176, parmi lesquels 57 sont encore reliés à leur relique. Ces documents ont été découverts dans l’église de Chelles en 1983 lors de l’inventaire des reliquaires. Ils ont été déposés aux Archives nationales, mais la ville de Chelles en reste propriétaire.

Restauration: une intervention minimale

La plupart sont datés autour des VIIe et VIIIe siècles, les plus récents datant du XVe siècle. Le parchemin, de part sa nature, vieillit très bien et les interventions de restauration ont été réduites aux cas où elles étaient vraiment nécessaires. Elles ont été de trois sortes :

– La remise à plat : la majorité des documents avait besoin d’une remise à plat, en particulier pour les authentiques qui se présentaient roulés autour de la relique. À cette fin, une humidification légère et progressive a été effectuée dans une petite chambre d’humidification. Une fois assouplis, ils ont été placés entre des buvards et de petites planches de bois appelées “ais” pour le séchage. La mise en tension est d’ordinaire préférable pour remettre le parchemin à plat mais la petitesse des documents rendait cette opération impossible.

– La consolidation : certains documents étaient susceptibles de perdre une partie des informations manuscrites ou bien de rompre suite à une mauvaise manipulation. Lorsque nécessaire, les authentiques ont été consolidés avec du papier japonais de couleur chamois fixé à la gélatine. Cette colle neutre et réversible est la plus adaptée au matériau parchemin.

– Le comblage des lacunes et la remise au ton : dans de très rares cas, la consolidation n’était pas suffisante. Les lacunes ont été comblées avec du papier de chanvre de la même épaisseur que le parchemin et la remise au ton réalisée avec des couleurs acryliques, afin d’harmoniser les teintes de la restauration avec celles du document. Dans certains cas, les fragments de parchemin ne permettaient pas de connaître leur position ni même de connaître la taille initiale de l’authentique. Nous avons donc conservé ces fragments en les fixant sur un papier coloré en harmonie avec le document original, toujours avec un papier japonais et de la gélatine.

Le triple enjeu du conditionnement

Le conditionnement final devait atteindre trois objectifs distincts : la conservation, la consultation, l’exposition. Il devait ainsi répondre aux normes de conservation, mais aussi être facilement manipulable pour la consultation, et suffisamment esthétique pour pouvoir être exposé. Le résultat de ces trois contraintes est un montage réalisé au cas par cas pour chaque document. Le conditionnement est donc différent en fonction de la taille de l’authentique et de la présence ou non de la relique. Pour les authentiques seuls, nous avons réalisé une pochette avec fenêtre sur une face. Cette pochette, en papier de conservation, est fermée sur deux côtés seulement pour permettre l’extraction du document si nécessaire. Pour assembler ces deux côtés nous utilisons du ruban adhésif de conservation double-face.

Pour les authentiques accompagnés de leur relique, une mousse de conservation est évidée pour y loger l’objet, puis glissée dans une pochette. L’extraction de l’authentique et de la relique se fait ainsi par le côté, sans risque pour le document. Les pochettes ont été réalisées grâce à une table de découpe contrôlée par ordinateur récemment acquise par le département de la conservation. Cela nous a permis d’obtenir des conditionnements sur mesure tout en assurant une certaine rapidité d’exécution. Ainsi, ces montages permettent-ils une bonne consultation en rendant les authentiques et les reliques complètement accessibles sans endommager le montage lors de leur extraction. L’aspect esthétique a également été pris en compte afin d’obtenir un conditionnement soigné idéal pour une exposition. Pour finir, les matériaux utilisés permettent une bonne conservation des authentiques et des reliques.

authentique-3-4

Conditionnement définitif des authentiques et reliques (recto ; verso) © Archives nationales, Rémi Champseit

Les mêmes (en cours d’extraction)

Les mêmes (en cours d’extraction) © Archives nationales, Rémi Champseit

176 « casse-têtes » pour une équipe interdisciplinaire

La conservation et la restauration d’œuvres si précieuses exige le travail de différents intervenants pour un résultat optimal. Les historiens et chercheurs nous indiquent le sens de lecture des documents et leur transcription. Les restaurateurs effectuent les interventions de restauration et placent les œuvres dans leur montage. Les agents de la conservation préventive fabriquent les différents types de pochettes et sélectionnent les meilleurs matériaux de conservation. Les photographes mettent en valeur les documents et les rendent accessibles au public. Ce projet de conservation atypique est ainsi le fruit de la coopération de l’ensemble des équipes du département de la conservation.

Voir aussi : « Vénérables étiquettes » , par Bruno Galland, article paru dans Historia, février 2004.


3 réflexions au sujet de « Les authentiques de Chelles : enjeux de conservation et de restauration »

  1. bonjour
    votre article pressente un certain intérêt il aurait été intéressant de fournir les coordonnées des chercheurs découvreurs qui vous ont permis ce travail cela permet d avoir plus de renseignements pour la suite de l étude des reliques et éventuellement donner des données plus précises dans une publication scientifique
    etienne desthuilliers

  2. Ping : Conservation-restauration des archives | Programme de recherche "art & artefactualité"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *