À propos d’une collection érudite: les Dictionnaires topographiques départementaux

Sébastien Nadiras, Archives nationales

Depuis 2009, le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) est engagé avec d’autres institutions, dont les Archives nationales, dans une opération d’édition électronique de la collection des Dictionnaires topographiques départementaux, dont il est l’initiateur et l’éditeur depuis les années 1860. Incontournables des salles de lecture d’archives, ces dictionnaires constituent un outil de travail quotidien des historiens et chercheurs des départements qui en sont dotés, outil banal et familier que le projet d’édition électronique actuellement en cours invite à réexaminer d’un œil critique1

En 1859, un pendant érudit au Dictionnaire des Postes

La collection des Dictionnaires topographiques fut lancée en 1859 par le Comité des travaux historiques surproposition de l’historien Léopold Delisle. L’ambition initiale était de publier un (et un seul) Dictionnaire géographique de la France ancienne et moderne, formé de 86 volumes départementaux devant être in fine reliés par un index.

premiere-photoChaque volume devait recenser les noms de lieux fournis par la géographie physique, les noms des lieux habités et ceux qui se rapportent à la « géographie historique » (anciennes circonscriptions, fiefs, abbayes, vieux chemins…), et indiquer pour chacun de ces noms la nature de son référent (ferme, hameau, moulin…), sa localisation (commune d’appartenance), diverses données historiques (ressort judiciaire, ecclésiastique…) et surtout les différentes graphies, dûment datées et référencées, qu’il put prendre au cours des siècles. Le modèle était explicitement le Dictionnaire des Postes, apparu à la même époque, dont il s’agissait de former le pendant érudit.

Le projet trouva ses chevilles ouvrières dans les archivistes départementaux et les membres des sociétés savantes, dont on s’attacha à stimuler le zèle par l’organisation d’un concours et l’attribution de prix. Après des débuts enthousiastes et prometteurs – près d’une vingtaine de volumes parurent entre 1861 et 1884 –, l’entreprise connut au XXe siècle un ralentissement progressif ; un siècle et demi après son lancement, trente-cinq départements ‘seulement’, pourrait-on dire, sont couverts par un volume de la collection. Le projet avait toutefois fait des émules puisqu’une dizaine de dictionnaires départementaux parurent sur le même modèle chez des éditeurs privés, en sorte que c’est aujourd’hui plus de la moitié du territoire national métropolitain qui se trouve couverte par un « dictionnaire topographique », un syntagme qui a fini par désigner un genre documentaire, synonyme de recueil de noms géographiques actuels et anciens.

La méthode et les sources

Les auteurs des dictionnaires avaient à leur disposition, pour les guider dans leur tâche, des instructions élaborées par Léopold Delisle pour le Comité des travaux historiques. L’érudit normand avait joint à titre d’exemple les quelques pages d’un spécimen pour le département de la Manche.

La méthode mise en œuvre comportait généralement deux étapes : établir tout d’abord la nomenclature, i.e. la liste des entrées ; renseigner ensuite chaque entrée ou vedette au moyen des données historiques et surtout philologiques (formes anciennes du nom) relevées au fil des dépouillements. Pour la première étape, fondamentale, les auteurs utilisèrent les diverses statistiques départementales du XIXe siècle, les listes des recensements de population, les cartes de Cassini et d’État-Major et pour les plus récents l’Enquête postale de 1847 ; pour la seconde, ils mirent entre autres à profit les éditions de sources, les fonds des Archives départementales concernées (chartriers, cartulaires, minutes de notaires…) et ceux des Archives nationales.

Un dictionnaire ou des dictionnaires ?

Fiches manuscrites du Dictionnaire topographique de Seine-et-Marne d’Henri Stein et Jean Hubert (1954)

Fiches manuscrites du Dictionnaire topographique de Seine-et-Marne d’Henri Stein et Jean Hubert (1954)

La collection des Dictionnaires topographiques du CTHS, parfois qualifiée « d’officielle » – la publication de chaque ouvrage était ordonnée par arrêté du ministre de l’Instruction publique –, se caractérise par sa grande homogénéité formelle – critère déterminant pour le projet d’édition électronique actuellement en cours. Cette homogénéité de présentation ne doit pas cacher une hétérogénéité des volumes quant au contenu, et plus précisément quant au nombre d’entrées (5.000 pour l’Yonne, 20.000 pour la Saône-et-Loire) et au type de données consignées (vocables paroissiaux, prononciation locale, etc.).

C’est qu’au-delà des compétences et de l’implication de chacun des auteurs, au-delà également des différents partis adoptés – corriger ou non les graphies non conformes à l’étymologie, éternelle tentation du savant –, un projet s’étalant sur un siècle et demi ne peut manquer de connaître des inflexions. À son lancement, il s’agissait avant tout de conduire l’entreprise à son terme dans un délai raisonnable – moins d’une dizaine d’années. D’où certaine conception malthusienne du projet initial, pour lequel on prévoyait a priori, et pour le tout, 300.000 entrées, soit 37.000 noms de communes et une moyenne de sept à huit noms de lieux habités par commune – avec pour chacun un seul exemple de chacune des formes anciennes rencontrées. L’horizon d’achèvement s’éloignant, les dictionnaires eurent de plus en plus tendance à viser à l’exhaustivité.

Les identifications: une question qui ne va pas de soi

La collection s’est également attiré des critiques au sujet des identifications, à savoir le rattachement de telle forme ancienne de nom de lieu, latine par exemple, à la forme moderne ou actuelle du même nom (ex. Rotomagus – Rouen).

Si la question est cruciale, dans la mesure où la raison d’être de ces Dictionnaires topographiques réside précisément dans leur fonction d’aide à l’identification des formes anciennes de toponymes rencontrées dans la documentation, elle ne s’est pourtant longtemps pas posée : jusqu’à l’entre-deux-guerres, les auteurs des dictionnaires se sont souvent contentés, pour opérer ces mises en relation, d’une vague ressemblance entre telle forme ancienne et telle autre, relevant de la nomenclature moderne. La question va pourtant tout sauf de soi, et les motifs d’erreurs ne manquent pas, ainsi que le montrent les récentes refontes des dictionnaires de l’Hérault (Fr. Hamlin), de l’Aisne et du Pas-de-Calais (J.-C. Malsy) : citons notamment les cas d’homonymie à l’intérieur ou à l’extérieur du département, ou bien les noms d’habitats médiévaux dont l’unique vestige figure non point dans la nomenclature moderne des lieux habités mais dans tel ou tel lieu-dit du cadastre napoléonien – dont le dépouillement n’existe à l’heure actuelle en tout et pour tout que pour cinq départements.

Si bien qu’il apparaît aujourd’hui, à la lumière de l’expérience d’un siècle et demi de recueils toponymiques, que de même qu’un archéologue commence par dégager les couches les plus récentes du terrain où il opère, la marche à suivre en la matière exigerait, avant toute mise en chantier d’un dictionnaire topographique, de commencer plutôt par dresser le corpus des lieux-dits du cadastre napoléonien, réceptacle de l’ensemble de la toponymie de l’Ancien Régime.

Avatars et avenir d’un grand dessein

Médaille accordée par le Comité des travaux historiques à Eugène Germer-Durand pour son Dictionnaire topographique du Gard (1868)  © Bruno Delmas

Médaille accordée par le Comité des travaux historiques à Eugène Germer-Durand pour son Dictionnaire topographique du Gard (1868)
© Bruno Delmas

La collection des Dictionnaires topographiques du CTHS n’est, on l’a indiqué, pas allée à son terme ; le 35e et dernier volume paru (département de Saône-et-Loire, 2008) est certainement le dernier à paraître sous le format et dans le cadre de cette collection. On aura également compris, à la lecture de ce qui précède, que tout officielle qu’elle soit, elle n’est pas exempte de faiblesses – mais une entreprise d’aussi grande envergure peut-elle seulement l’être ? En vérité, obtenir dans un pays de la taille de la France le concours de plus de quatre-vingt savants pour mener à bien en un délai réduit une entreprise de la sorte apparaît rétrospectivement comme une gageure. La collection a les défauts de ses qualités, et sans doute les remarquables volumes parus au cours des dernières décennies n’auraient-ils pas vu le jour si un élan décisif, résultat d’une politique publique volontariste, n’avait été donné, au prix parfois d’une certaine hâte, à cette entreprise érudite dans le dernier tiers du XIXe siècle. Les trente-cinq volumes publiés présentent du moins le grand intérêt d’offrir un cadre structuré ainsi qu’une masse critique de données dont les technologies numériques permettent d’envisager la mise à jour et la révision, mais aussi l’enrichissement, et ce faisant de renouer avec l’ambition première des concepteurs du projet.

Sources et références :

  • Arch. nat., F17 3298 à 3304 (archives de la commission chargée, au sein du Comité des travaux historiques, de la publication du Dictionnaire topographique de la France).
  • Paul Lebel, Principes et méthodes d’hydronymie françaises, Paris, 1956, p. 335-342 (point de vue – critique – d’un linguiste sur les Dictionnaires topographiques).
  • Jean-Claude Malsy, Dictionnaire des noms de lieu du département de l’Aisne, Paris, 1999-2001, 3 vol. (refonte d’un dictionnaire de la collection du CTHS paru en 1871).
  1. Je remercie Marie-José Gasse-Grandjean (UMR Artehis) pour les échanges préalables à la rédaction de cet article, autour notamment des archives du Comité des travaux historiques. []

Une réflexion au sujet de « À propos d’une collection érudite: les Dictionnaires topographiques départementaux »

  1. Ping : Lire une carte topographique, c’est aussi apprendre un peu l’histoire d’un territoire | Biblioweb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *